Focus sur le Bruneau by Maxime Maziers

A quelques pas de l’imposante Basilique de Koekelberg, nous nous attablons à une institution emblématique du monde gastronomique. Anciennement « Bruneau », Maxime Maziers y a repris les fourneaux pour imposer son univers et sa cuisine. Focus sur le Bruneau by Maxime Maziers.

Si Jean-Pierre Bruneau a revendu les rênes de sa table étoilée à l’un de ses anciens seconds, ce n’est pas sans raison !  Maxime Maziers affiche sur son CV un parcours remarquable avec notamment un passage au restaurant le « Spud’s » de l’hôtel « Sofitel Brussels Europe », en consultance avec le grand chef parisien Alain Senderens. Il exercera également « Chez Bru » en Provence, à la « Villa Lorraine » ou encore au « Bowery ». En novembre 2017, il décroche sa première étoile à « L’Écailler du Palais Royal ». En juin 2018, il pose ses valises et rachète le Bruneau où il a œuvré à deux reprises.

Reprendre un tel établissement, c’est vouloir et devoir donner chaque jour le meilleur pour satisfaire une clientèle fidèle et apporter à cette maison la première étoile de l’air Maziers. Il faut aussi beaucoup d’audace et de talent, heureusement Maxime Maziers n’en manque pas !  Sous les traces de son prédécesseur, le chef propose une cuisine modernisée. Une cuisine côtoyant bien évidemment la haute gastronomie française avec le respect des beaux produits et le savoir-faire qui en découle.

Nous débutons notre voyage culinaire par un « tartare de langoustines crémeux et fenouil ». Une première entrée en saveur et en légèreté ! Pour poursuivre, le « dos de saumon sauvage aux algues », un produit qui ne demande qu’à être dégusté tel quel. De très bonnes saveurs. En plat principal et en clin en d’œil à la fête de Pâques qui approchait à grands pas, une déclinaison d’agneau de lait et aubergines.  Une cuisson à la perfection pour ces deux beaux morceaux. Pour terminer ce succulent repas, le magnifique « Œuf de Pâques ». Un dessert généreux en chocolat et gourmand à souhait. Un dessert que l’on mange autant avec les yeux et ce n’est pas qu’une figure de style !

Nous pouvons le certifier : la devanture risque de ne pas rester longtemps sans la célèbre étoile du Guide Michelin. Monsieur Bruneau a réussi à trouver à travers Maxime Maziers un successeur digne de ce nom. La maison conserve ses plats signatures comme le carpaccio de langoustines et le tournedos Rossini.

Le guide du Gault et Millau a décerné le trophée « Jeune Chef de l’Année 2019 pour Bruxelles et environs ». Une maison qui a de très belles années devant elle ! Le petit plus ?  Un service voiturier à votre arrivée.

Nous pouvons conclure par ce bel éloge du guide jaune :« Maxime Maziers est un jeune chef qui mérite notre respect à bien des égards. Il rend à la fois hommage au passé, au présent et au futur. La façon qu’il a de suivre les traces d’un grand nom tel que Jean-Pierre Bruneau est impressionnante. »

Informations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.